Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 00:01

Azeffoun – Patrie des artistes

Les légendes du siècle continuent Une ville d’Algérie peut avoir une histoire millénaire, connaître les affres des conquêtes impériales, abriter des légions de corsaires et offrir au monde des dizaines d’hommes et de femmes illustres, mais elle peut oublier, pour un moment, de cultiver cette mémoire fondatrice. Par bonheur, ce reniement affectant jusque-là la bourgade d’Azeffoun a vécu.Cet été, dans un sursaut mémoriel, près d’une dizaine d’associations culturelles de cette ville côtière ont tenu le pari, du 15 au 20 juillet dernier, d’exhumer des abysses de l’oubli des légendes de l’art pictural et des monuments de la musique que l’antique Ruzazus (nom donné par les Romains à l’ancien village d’Azeffoun) a vu naître au siècle dernier. Ainsi, à l’ombre de la saison estivale, Azeffoun a abrité au centre culturel Tahar Djaout, une activité culturelle faite de pèlerinage, théâtre, soirées musicales et expositions reprenant la vie et l’œuvre de ses enfants prodiges. Des volontés juvéniles ont ressuscité, au bonheur de centaines de familles juillettistes, le célébrissime Mohamed Iguerbouchène, un maestro de la musique classique, né en 1907 au village d’Aït Ouchène. En 1923, Iguerbouchène abandonna sa flûte de berger et part en Angleterre dans le sillage d’un Ecossais qui possédait un domaine à Cherchell. Apprenant la théorie musicale chez le professeur Livingson de la Royal Academy of Music, il composa les musiques de nombreux films tels Aziza, Dzaïr sur La Casbah et surtout la musique de Pépé le moko à la demande de M. Duvivier. Celle du film Terres idéales, produit en 1937 sur la Tunisie, est aussi son œuvre tout comme il composa, en 1938, la musique du film Kaddour à Paris, réalisé par André Sarrouy. A l’actif du prodigieux, dont quelques manuscrits ont été exposés au public. Reçu avec brio en 1934 à l’examen d’entrée de la Société des auteurs et compositeurs, il devient aussi membre de la Société des auteurs dramatiques la même année. Son talent reconnu par ses pairs, il dirigea les œuvres symphoniques de la BBC sur initiative de la chaîne british et présenta la 3e rapsodie mauresque pour un grand orchestre symphonique. Cela lui a valu le nom à sonorité slave d’Igor Bouchène. Selon le représentant de l’association culturelle portant son nom au village natal Aït Ouchène, le célèbre compositeur possède un répertoire de 590 œuvres musicales et trois contes inédits, dont Au bord du bois et Aïcha et Mechoucha. « Originelle » explosion L’artiste peintre M’hamed Issiakhem, né le 17 janvier 1925 à Ath Djennad s’est invité, lui aussi, à l’espace culturel d’Azeffoun. Elève de Omar Racim, Issiakhem fréquenta l’Ecole nationale des Beaux-arts d’Alger de 1947 à 1951, puis celle de Paris de 1953 à 1958. Enseignant à l’ENBA d’Alger et y exerçant plusieurs responsabilités, il « collabora » à Alger républicain. Facette méconnue du comparse du père de Nedjma, Issiakhem a même exercé en tant qu’ergothérapeute pour enfants handicapés mentaux dans une clinique française. En 1963, « Œil de lynx » comme aimait à l’appeler Kateb Yacine « pour sa clairvoyance », disait-il, fonda l’Union nationale des artistes peintres (UNAP). En 1967, il réalisa les illustrations de Nedjma de Kateb Yacine et participa, la même année, à la réalisation d’un film pour la télévision Poussière de juillet. Après d’innombrables « sévices picturaux », Issiakhem décéda le 1er décembre 1985 à Alger. Dans une note retrouvée parmi les articles de l’exposition consacrée à ce peintre, Kateb Yacine disait de lui : « (…) C’était un narrateur inépuisable. Il me racontait son enfance, sa vie de tous les jours jusqu’à notre rencontre. Il se livrait entièrement, ce qui ne l’empêchait pas d’affabuler et de brouiller les pistes, lorsqu’il se laissait prendre au charme du récit. Il devenait alors un grand écrivain, sauf qu’il parlait au lieu d’écrire. » Yacine évoque son « jumeau » (dixit Benamar Médiène) par des mots intenses : « tyrannique », « virtuose » et « martyr ». Sous la plume du poète, Issiakhem est synonyme de volcan, destruction, fleurs, générosité, mort, réaction, explosion, etc. L’explosion d’une bombe entre les mains du peintre fera éclore dans la douleur un génie à l’art traumatique. Depuis 1989, une association de son village natal Taboudhoujth porte son nom et sa mémoire. Architecte de l’exposition, l’artiste peintre Mohamed Boughanem révèle qu’Azeffoun a offert au monde 98 artistes, mais déplore « le manque de documentations concernant les œuvres et la vie de ces étoiles ». Pour l’occasion, cet artiste a tapissé les murs du centre culturel portant le nom du fils d’Oulkhou des dizaines de portraits de ses illustres aînés. Commentant ces illustrations, Boughanem parle d’El Hadj M’hamed El Anka, d’El Hadj M’rizek, d’El Ankis, de Omar Mkraza, de Omar Boudjmia, de Fadhéla Dziria, de Abdelkader Charchem, de Fellag et tant d’autres artistes nés ou originaires d’Azeffoun. Le peintre ne cesse de s’interroger : « Pourquoi La Casbah a été longtemps l’île d’échouage pour les naufragés d’Azeffoun ? » Au fil de la visite, une voix chaude, mélancolique et sensuelle emplissait comme un esprit en mal de repos, les recoins des stands. La figure de H’nifa, diva de la chanson kabyle, de l’exil et du reniement des siens était là. Née dans cette terre sèche et maritime un jour d’avril 1924 à Ighil M’henni, H’nifa fait une entrée mélodieuse à la Radio algérienne en 1952 par la grâce de Cheikh Nordine. En 1953, le rossignol blessé produit un disque chez Pathé Marconi, mais n’oublie pas de s’engager corps et âme au profit du FLN et de la cause nationale. En 1958, la maison Barclay s’offre, elle aussi, cette voix suave et tourmentée. Elle a laissé les classiques South Ouarthirane, Yemma, Taâzizthiou et Ah Yamali. Après une ultime parution publique en 1978 à la salle de la Mutualité, la mort la ravit un certain 29 septembre 1981 dans une chambre d’hôtel parisien, nous indique l’animateur d’une association portant son nom et qui vient de naître à Ighil M’henni. La fable de la courge Bourlinguant d’un stand à l’autre, le visiteur marque une halte sur celui consacré aux artistes peintres. Entre les copies des toiles d’Issiakhem, une fresque en quatre scènes capte l’attention. Datant de 1997 et réalisée par Mme Sadi, l’œuvre reprend une légende locale ayant pour objet l’entremise d’un saint poète de cette contrée, Cheikh Youcef Oukaci, pour apaiser un conflit tribal ayant opposé l’arch d’Ath Djennad à l’une des tribus des Igaouaouène (Haute-Kabylie). Les deux archs se sont livrés bataille au sujet de la paternité d’une courge ayant pris racine sur les terres d’Ath Djennad, mais dont le fruit s’est retrouvé sur celles des Igaouaouène. L’intercession du poète, mais néanmoins grand sage Youcef Oukaci, impose que la courge de discorde soit passée au fil de la lame pour départager les protagonistes. Et la paix pris possession des lieux pour longtemps. Mme Sadi nous dit avoir « voulu fixer, sous l’impulsion de (mon) père, l’artiste peintre, Akham, l’histoire locale pour l’épargner de la déperdition ». Aujourd’hui, elle espère pouvoir compléter son œuvre par un cinquième acte, celui de la mort du sage Youcef Oukaci… Abdenour Bouhireb

Partager cet article

Repost 0
Published by Abdenour Bouhireb - dans Culture
commenter cet article

commentaires

S.ighillarba 24/06/2007 21:15

j'ai vu un ane manger des fleurs
j'ai demandé au sage pourquoi ?
il m'a repondu
"les fleurs ont perdues leurs odeurs et les poetes ont disparus"
j'ai poursuivi ma route à la recherche d'autres verités.
salutations fraternels
s.ighillarba

Présentation

  • : Algérie - Thamazighth - Histoire et Culture
  • : Compilation d'artcles relatifs à notre patrimoine historique et culturel
  • Contact

Recherche

Liens