Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 00:00

DIHIA (ou Kahina) : Ame de la résistance Amazighe à la conquête Arabe      

Kahina " prêtresse, devineresse" est le surnom par lequel les historiens arabes désignent cette reine berbère du 7-8 ème siècles de l’ère chrétienne. Selon les mêmes historiens, son véritable nom serait Dayhia fille de Matiya ben Tifan ou encore Damiya fille de Yunafiq. On trouve encore Dihiya et Dîyya.

On a beaucoup polémiqué sur la religion de Dihiya. Certains auteurs pensent qu’elle est juive, à cause de sa tribu, les Djerawa, qui, selon Ibn Khaldûn, était largement judaïsée au 7ème siècle. D’autres pensent qu’elle était chrétienne tirant en cela argument de sa filiation (Matiy et Tifan sont des déformations de Mathieu et Théophane) mais aussi du nom de Damiya qui était sans doute un diminutif du nom latin Damiana. En fait, en l’absence d’informations précises, on ne peut trancher ni pour l’une ni pour l’autre de ces hypothèses et Dihiya pouvait être juive, chrétienne et même païenne. D’ailleurs, un auteur musulman, al Malikî, écrit que pendant sa retraite, Dihiya était accompagnée d’une grande idole en bois, transportée sur un chameau. Il pourrait s’agir d’une divinité berbère et non forcément, comme on l’a écrit, d’une statue du Christ ou de la Vierge Marie.

Quoi qu’il en soit, Dihiya était une reine authentiquement berbère. Quand elle apparut sur la scène, elle devait être déjà âgée. Elle aurait régné près de trente cinq ans sur les Aurès et serait morte à 120 ou 127 ans. Cette longévité est peut-être exagérée mais elle n’est pas invraisemblable quand on sait la vigueur et la force des Berbères.

Selon AI Waqidî, c’est la mort de Kusila qui détermina Dihiya à livrer la guerre aux Arabes. Mais elle avait déjà participé, aux côtés du prince berbère, à la bataille de Tehuda au cours de laquelle fut tué ’Uqba Ibn N’afi’ê (683).
Le calife ’Abd al Mâlîk chargea le gouverneur d’Egypte H’asân ben Nu’mân, de réduire la révolte au Maghreb. Il se mit en marche en l’an 69 de l’Hégire (688-689) et, après avoir pris Carthage et chassé les Byzantins, il prit la route des Aurès.

"H’asân, écrit Ibn Khadûn, demanda qui était le prince le plus redoutable parmi les Berbères, et ayant appris que c’était la Kahina, femme qui commandait à la puissante tribu des Djerawa, il marcha contre elle et prit position sur le rebord de la rivière Miskiana."

La rencontre eut lieu sur l’oued Nini, au nord de Khenchla : les troupes berbères qui se trouvaient en aval se jetèrent sur les Arabes qui étaient en amont et les taillèrent en pièces. En souvenir de cette défaite, les Arabes surnommèrent l’oued Nini, Nahr al bala’, la rivière des malheurs. Et les preuves n’étaient pas finies pour eux. Après les voir forcés à prendre la fuite, Dihiya les poursuivit et les combattit de nouveau. Elle les obligea à quitter l’Ifriqya et à se réfugier, sur l’ordre du calife ’Abd al Malîk, dans la province de Tripoli.
Dihiya rentra chez elle et, dans un geste de générosité, elle prit sous sa protection l’un de ses prisonniers arabes, Khâlid ben Yâzid. Elle lui donna le sein et, simulant l’allaitement, elle fit de lui son fils adoptif.

En 698, H’asân ben Nu’mân revint avec des renforts, il dispersa les troupes de Dihiya et s’empara de Carthage. Le général arabe sema la discorde parmi les Berbères, poussant une partie d’entre eux à abandonner la vieille reine. Celle-ci, loin de se décourager, continua la lutte avec les hommes qui lui restaient fidèles. Sentant la fin approcher et voulant sauvegarder l’avenir, elle recommanda à ses fils de se convertir à l’Islam et de changer de camp. L’historien Ibn al Hakîm rapporte qu’elle s’adressa en ces termes à Khalîd ibn Yâzid : "Je vais périr et je te recommande de t’occuper de ton mieux de tes deux frères que voici. Je crains, répondit Khâlid que si tu dis vrai, ils ne puissent échapper à la mort - Que non ! l’un d’eux même jouira, chez les Arabes d’un prestige plus grand qu’il n’en a aujourd’hui. Pars, assure- toi de la vie de mes fils ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by hardeur - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Algérie - Thamazighth - Histoire et Culture
  • : Compilation d'artcles relatifs à notre patrimoine historique et culturel
  • Contact

Recherche

Liens