Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 00:00

PROCOPE HISTOIRE DE LA GUERRE DES VANDALES (STOZAS) LIVRE DEUXIÈME. CHAPITRE PREMIER. 1. Intelligence de Gélimer dans Carthage. 2. harangue de Bélisaire. 1. Dès que Gélimer eut réuni tous ses Vandales, il marcha vers Carthage avec son armée. Arrivés près de la ville, ils coupèrent l'aqueduc, ouvrage d'une structure admirable,[44] y restèrent campés pendant quelque temps, et se retirèrent ensuite lorsqu'ils virent que l'ennemi se tenait obstinément renfermé plans ses murailles. Ils se divisèrent alors en plusieurs corps, et occupèrent toutes les routes, dans l'espérance de réduire Carthage par la famine. Ils ne pillaient ni ne ravageaient les campagnes; ils les ménageaient et les conservaient au contraire comme leur patrimoine. Gélimer comptait encore sur quelque trahison en sa faveur de la part des Carthaginois, et même des soldats ariens de l'armée de Bélisaire. Il avait fait aussi de grandes promesses aux chefs des Massagètes, pour les attirer sous ses drapeaux. Ces barbares, peu affectionnés à l'empire, ne se soumettaient qu'à regret au service militaire, car ils affirmaient qu'ils avaient été attirés à Constantinople par un serment du général Pierre, qui s'était ensuite parjuré. Ils avaient donc accédé aux propositions des Vandales, et promis que, lorsque le combat serait engagé, ils tourneraient leurs armes contre les Romains. Bélisaire, instruit par les transfuges de ces menées secrètes, ne voulut pas se hasarder à faire de sortie contre l'ennemi avant d'avoir achevé la réparation des murailles, et affermi son pouvoir dans l'intérieur de la ville. D'abord il fit pendre, sur une colline voisine de Carthage, un citoyen nommé Laurus, qui avait été convaincu de trahison par le témoignage de son secrétaire. Cet exemple porta l'épouvante dans tous tes cœurs, et y étouffa tous tes germes de trahison. Enfin il sut si bien gagner les Massagètes en les admettant à sa table, en les comblant de présents et de caresses, qu'il obtint d'eux-mêmes l'aveu des promesses que leur avait faites Gélimer, et de la défection qu'ils avaient méditée. Ces barbares ne lui dissimulèrent pas qu'ils ne se sentaient pas beaucoup de zèle pour cette guerre, parce qu'ils craignaient que les Romains, même après la ruine des Vandales, ne leur permissent pas de retourner dans leur patrie, et ne les contraignissent à vieillir et à mourir sur le sol africain. Ils témoignèrent aussi la crainte d'être privés de leur part dans le butin. Alors Bélisaire leur engagea sa parole que, la guerre finie, il les renverrait aussitôt dans leur pays avec tout leur butin; et, à leur tour, ils jurèrent qu'ils le serviraient avec zèle et fidélité. Bélisaire ayant tout remis en bon ordre et terminé la reconstruction des remparts, rassembla toute son armée, et l'encouragea en ces termes, [en lui retraçant le tableau de ses victoires et des désastres de ses ennemis, à combattre vaillamment les Vandales.[45]] 2. Mes compagnons, je n'estime pas qu'il soit besoin d'animer vos courages par un grand discours, en un temps où vous voyez Carthage et toute l'Afrique conquise par votre valeur. Les victorieux n'ont pas accoutumé de manquer de coeur. J'ai cru seulement qu'il était bon de vous avertir , que si vous demeurez semblables à vous-mêmes et que vous vous comportez normalement, ce sera pour les Vandales la fin de leurs espoirs, et pour vous la fin des combats. C'est pourquoi vous devez y aller avec le plus grand enthousiasme. La tâche est toujours douce pour les hommes quand elle touche à sa fin. Maintenant examinons ce qu'il en est des Vandales. Ce n'est pas sur le nombre d'hommes, ni sur la force des corps, mais sur la vaillance de l'âme que se décide le sort de la guerre. Le plus fort motif qui fait agir les hommes, quand on y pense, c'est la réalisation des exploits du passé. Car il est honteux, du moins pour ceux qui ont de la raison, de ne pas être égal à soi-même et d'être inférieur à son propre niveau de courage. Car je sais bien que la terreur et la mémoire de leurs malheurs ont tenu l'ennemi à l'écart et les a obligés à moins de courage : les uns étaient terrifiés de ce qui s'était produit, les autres laissaient de côté le moindre espoir de succès. Quand la fortune est contre quelqu'un, elle asservit son esprit. Et je vais vous expliquer pourquoi la lutte actuelle vous intéresse beaucoup plus qu'auparavant. Dans les précédentes batailles le danger était, si les choses tournaient mal, de ne pas s'emparer de terres ennemies. Mais maintenant, si nous ne gagnons pas le combat, nous perdrons la terre qui est la nôtre. Il est en effet plus facile de ne rien posséder que d'être privé de ce que l'on a : c'est pourquoi nous avons plus de soucis qu'auparavant de garder ce que nous possédons. Autrefois, nous avons eu l'occasion de remporter la victoire sans infanterie, alors que maintenant, nous allons engager le combat avec l'aide de Dieu et avec l'ensemble de notre armée c'est pourquoi j'ai l'espoir de capturer le camp de l'ennemi, et tous ses soldats. Et comme la fin de la guerre est à portée de main, il ne faut pas en raison d'une négligence, la remettre à plus tard, de peur d'être obligé de vous demander un moment opportun alors qu'il est déjà passé. Quand la fortune de la guerre est reportée, ordinairement elle ne procède pas de la même manière que précédemment, surtout si la guerre se prolonge par la volonté de ceux qui la font. Le Ciel habituellement châtie toujours ceux qui abandonnent la fortune présente. Mais si quelqu'un considère que l'ennemi, en voyant ses enfants et épouses et ses biens les plus précieux en nos mains, aura d'autant plus d'audace et combattra avec plus de courage que d'habitude : il se trompe. Une violente passion qui s'attaque au coeur, a pour habitude de diminuer la vraie valeur des hommes et ne leur permet pas de tirer pleinement profit de leurs propres forces. En considérant, dès lors, tout cela, il vous appartient d'aller avec le plus grand mépris contre l'ennemi. " CHAPITRE II 1. Le même jour, il fit sortir de Carthage Jean l'Arménien avec l'infanterie légère et toute la cavalerie, dont il ne se réserva que cinq cents hommes. Il lui ordonna d'inquiéter l'ennemi, de le harceler par des escarmouches, s'il en trouvait l'occasion favorable. Il partit lui-même le lendemain avec le reste de l'infanterie et les cinq cents cavaliers. Les Massagètes tinrent conseil entre eux, et, pour se donner l'apparence d'avoir tenu les promesses qu'ils avaient faites à Gélimer et à Bélisaire, ils résolurent de rester inactifs au commencement du combat, et de ne prendre part à l'action que lorsqu'ils en pourraient prévoir l'issue: alors seulement ils se joindraient aux vainqueurs pour achever la défaite de celle des deux armées qui aurait plié la première. 2. L'armée romaine rencontra les Vandales campés près de Tricamara, à cent quarante stades de Carthage.[46] Les deux armées passèrent la nuit à une assez grande distance l'une de l'autre. Au milieu de la nuit arriva, dans le camp des Romains: le phénomène que je vais rapporter. On vit du feu briller à la pointe des lances, dont le fer sembla tout embrasé. Le petit nombre de ceux qui aperçurent ce prodige en furent étonnés, mais ne devinèrent pas ce qu'il présageait. Longtemps après, la même chose arriva en Italie: les Romains, instruits par l'expérience, y virent un présage de la victoire. Mais comme il s'offrait alors à leurs yeux pour la première fois, ils en furent effrayés, et passèrent la nuit entière dans les alarmes. 3. Le lendemain, Gélimer ordonna aux Vandales de rassembler au milieu du camp, quoiqu'il ne fût pas fortifié, les femmes, les enfants, et tout le bagage. Ensuite ayant rassemblé ses soldats, il leur fit un discours en ces termes : [pour les encourager à bien combattre, tandis que, non loin du camp, Tzazon exhortait de son côté les Vandales qu'il avait ramenés de Sardaigne.[47]] Nous n'allons pas combattre pour la possession de la gloire et de l'Empire ; de sorte qu'après less avoir perdus , nous puissions. encore demeurer en repos dans nos maisons, et y jouir de nos biens. Nos affaires sont réduites à un tel malheur, que si nous ne défaisons nos ennemis, ou en mourant nous les laisserons maîtres de nos femmes, de nos enfants, de notre pays et de nos richesses; ou en survivant nous deviendrons leurs esclaves et les témoins de nos propres misères. Que si au contraire, nous remportons la victoire, ou nous vivrons dans l'abondance de toutes sortes de biens, ou nous aurons une mort glorieuse, et nous laisserons des richesses dans nos familles et l'Empire dans notre nation. Si jamais il y a eu de rencontre où il se soit agi de la décision de notre fortune, et où nous ayons dû mettre notre confiance en nous-mêmes ,c'est celle qui se présente. N'appréhendons point pour nos personnes: Le danger n'est pas de perdre la vie, mais de perdre la bataille. Si elle était perdue, il nous serait avantageux de mourir. Que personne ne perde courage, et que chacun préfère une mort honorable à la honte d'une défaite. Quiconque appréhende bien l'infamie n'appréhende point le péril. Ne rappelez point dans votre esprit la mémoire de la dernière journée. Le succès qu'elle eut ne vint pas de notre faute, il ne vint que du malheur. Le cours de la fortune n'est pas égal, il a coutume de changer souvent. Nous pouvons nous vanter de surpasser les ennemis en valeur, comme nous les surpassons aussi en nombre, parce que nous sommes dix contre un. J'ajouterai qu'il y a deux puissants motifs qui doivent animer notre courage, la réputation de nos ancêtres, et la puissance qu'ils nous ont laissée. Leur gloire sera ternie par notre lâcheté, si nous dégénérons de leur vertu. , et leur bien nous sera ravi, si nous n'avons la force de le conserver. Que dirai-je des cris de nos femmes, et des pleurs de nos enfants, qui interrompent mon disours ? Je le finis donc , en vous disant que nous ne reverrons jamais ces personnes qui nous sont si chères , que nous ne soyons victorieux. Retenez , je vous en conjure , cette pensée, et agissez de telle sorte, que vous ne fassiez point de honte au nom du grand Gizéric. Gélimer ayant parlé de cette sorte , manda à son frère Tzazon de haranguer séparément les Vandales qu'ils avait amenés de Sardaigne : Ce qu'il fit ainsi, un peu à l'écart. Mes Compagnons , le discours que vous venez d'entendre regarde tout les Vandales ; mais vous avez des raisons particulières de vous surpasser vous-mêmes. Il n'y a pas longtemps que vous avez remporté la victoire , et que vous avez réduit sous notre puissance une île considérable. Il faut que vous donniez maintenant encore de plus illustres preuves de votre valeur, et que la grandeur du danger fasse davantage éclater la grandeur de vôtre courage. Quand on ne combat que sous le commandement, en perdant la bataille , l'on ne perd rien, dont n ait besoin en absolument ; mais quand on combat pour la conservation de son propre état , on ne saurait perdre la bataille, que l'on ne perde aussi la vie. Vous ne pouvez conserver la réputation que vous possédez d'avoir ruiné la tyrannie de Godas, qu'en vous portant vaillamment et vous la pouvez perdre par le moindre manquement de coeur. C'est ce qui vous oblige à. vous signaler par dessus les autres Vandales. Car ceux qui ont eu du malheur sont effrayés par le souvenir qui leur en reste ; au lieu que ceux qui ont eu du bonheur, en ont aussi plus de hardiesse. Je crois que l'on peut assurer avec raison, que si les ennemis sont défaits, on vous en donnera la gloire , et on vous regardera comme les conservateurs de la nation ; puisqu'il n'y a point de doute, que ceux qui joignant leurs armes avec des alliés qui avaient été vaincus, leur font gagner des batailles, méritent que l'on leur attribue la plus grande partie de la victoire. Je vous prie de faire réflexion sur toutes ces choses, d'arrêter les cris de vos femmes et de vos enfants, et de les exhorter à concevoir de bonnes espérances, et à implorer le secours du Ciel. Pour vous, allez courageusement contre l'ennemi, et donnez à tous vos compatriotes des exemples de générosité. CHAPITRE III. 1. Disposition des deux armées. 2. Défaite des Vandales. 3. Fuite de Gélimer. 1. Les deux princes conduisent aussitôt leurs troupes contre les Romains. C'était l'heure du dîner, et les soldats de Bélisaire, qui ne s'attendaient pas à être attaqués, s'occupaient à préparer leur repas. Les Vandales se rangèrent en bataille à quelque distance du bord d'un ruisseau qui ne tarit jamais, mais dont le cours est si faible que les habitants du pays ne lui ont pas donné de nom. Les Romains s'étant armés et préparés à la hâte, s'avancèrent vers l'autre bord du ruisseau, et se disposèrent pour le combat dans l'ordre suivant: A l'aile gauche étaient placés Martin, Valérien, Jean, Cyprien, Althias, Marcellus, et les autres chefs des fédérés; à la droite, Pappus, Barbatus, Aigan et les autres commandants de la cavalerie romaine. Au centre, autour du drapeau impérial, se tenait Jean l'Arménien, avec un corps de cavalerie d'élite et tous les gardes de Bélisaire. Il y fut rejoint fort à propos par le général lui-même, qui, à la tête de ses cinq cents cavaliers, avait devancé la marche trop lente de son infanterie. Les Massagètes se tenaient à l'écart, séparés des Romains. C'était à la vérité chez eux un ancien usage; mais la résolution qu'ils venaient d'adopter était le principal motif qui les empêchait de se réunir au reste de l'armée. Tel était l'ordre de bataille des Romains. Aux deux ailes de l'armée des Vandales étaient placés les chiliarques, chacun à la tête de leurs corps de mille hommes;[48] au centre, Tzazon, frère de Gélimer; les Maures, sur les derrières de l'armée, formaient un corps de réserve. Gélimer était partout; il exhortait ses soldats, il excitait leur courage; il leur avait interdit la lance et le javelot, et leur avait ordonné de ne se servir que de leurs épées. 2. Les deux armées étaient depuis longtemps en présence, lorsque Jean l'Arménien, par ordre de Bélisaire, passa le ruisseau avec quelques cavaliers d'élite, et attaqua le centre des Vandales. Repoussé et poursuivi ensuite par Tzazon, il se replia sur son corps d'armée; les Vandales, dans leur poursuite, s'avancèrent jusqu'au ruisseau, mais ne le traversèrent point. Jean, à la tête d'un plus grand nombre de gardes de Bélisaire, fait une seconde charge contre Tzazon; il est encore repoussé, et se replie de nouveau sur l'armée romaine. Enfin, saisissant la bannière impériale, il entraîne à sa suite toute la garde de Bélisaire, il s'élance avec des menaces et des clameurs terribles, et attaque l'ennemi pour la troisième fois. Les barbares avec leurs seules épées soutiennent vigoureusement le choc, et la mêlée devient terrible. Les plus braves des Vandales y périrent en grand nombre, et parmi eux Tzazon, frère de Gélimer. Alors toute l'armée romaine s'ébranle, passe le ruisseau, et fond sur l'ennemi. Le centre ayant commencé à plier, tous les barbares lâchèrent pied, et furent mis facilement en déroute par les corps qui leur étaient opposés. A cette vue, les Massagètes, ainsi qu'ils l'avaient résolu, s'élancèrent avec l'armée romaine sur la trace des fuyards. Mais la poursuite ne fut pas longue, car les Vandales rentrèrent promptement dans leur camp. Les Romains, n'espérant pas les y forcer, dépouillèrent les morts, et retournèrent dans leurs retranchements. Nous perdîmes dans cette action moins de cinquante soldats; la perte des Vandales fut d'environ huit cents hommes. 3. Enfin Bélisaire, ayant été rejoint par son infanterie, se mit en marche vers le soir, et avec toutes ses troupes se porta rapidement sur le camp des Vandales. Gélimer, instruit de l'approche de l'armée romaine, sauta sur son cheval, et, sans prononcer une parole, sans laisser aucun ordre, il s'enfuit à toute bride vers la Numidie, avec quelques parents et quelques serviteurs qui le suivaient tremblants et en silence. Les Vandales ignorèrent quelque temps la fuite de leur roi; mais le bruit s'en étant répandu, ce ne fut plus parmi eux que désordre et que tumulte: les hommes criaient, les enfants glapissaient, les femmes hurlaient; tous se sauvaient éperdus, abandonnant le soin de tout ce qu'ils avaient de plus cher et de plus précieux. Les Romains accourent, s'emparent du camp désert, de toutes les richesses qu'il renferme; puis, se mettant à la poursuite des fuyards, pendant toute la nuit ils massacrent les hommes qu'ils rencontrent, enlèvent les femmes et les enfants, qu'ils destinent à l'esclavage. On trouva dans le camp une énorme quantité d'or et d'argent. Depuis longtemps les Vandales ravageaient les provinces de l'empire romain, et rapportaient en Afrique le fruit de leurs rapines et de leurs pillages. De plus, comme cette contrée est extrêmement fertile, qu'elle produit en abondance tout ce qui est nécessaire aux besoins de la vie, ils n'avaient rien dépensé pour leur nourriture, et avaient accumulé les revenus des propriétés, dont ils avaient joui pendant les quatre-vingt-quinze années de leur domination sur l'Afrique. Tous ces trésors entassés par l'avarice furent en ce jour la proie des vainqueurs. Le jour de la bataille où les Vandales furent battus et perdirent leur camp arriva trois mois après l'entrée de l'armée romaine dans Carthage, vers le milieu du dernier mois de l'année, que les Romains appellent décembre. CHAPITRE IV. 1. Bélisaire rappelle ses soldats qui étaient acharnés au pillage. 2. Il envoie poursuivre Gélimer par Jean. 3. Celui-ci est tué par l'imprudence d'Uliaris. 4. Bélisaire fonde une rente à son tombeau. 5. Gélimer se sauve sur la montagne de Papua. 6. Faras y met le siège. 7. Bélisaire est rendu maître des trésors de Gélimer. 1. Bélisaire passa toute la nuit dans de vives inquiétudes. Il voyait toute son armée désunie et dispersée de toutes parts, et craignait qu'elle ne fût taillée en pièces, si les Vandales venaient à se rallier. Pour moi, je suis convaincu que s'ils nous eussent attaqués dans ce moment, aucun de nos soldats n'en eût réchappé, ni profité du butin acquis par la victoire. Les soldats, hommes grossiers et en proie à toutes les passions humaines, se voyant possesseurs de si grandes richesses et d'esclaves d'une beauté si remarquable, ne pouvaient ni modérer ni rassasier leurs désirs; enivrés de leur bonheur, ils ne songeaient qu'à enlever tout ce qui se trouvait devant eux, et à retourner à Carthage. Dispersés de toutes parts, seuls, ou au plus deux ou trois ensemble, ils s'enfonçaient dans les bois, dans les rochers, fouillaient les grottes et les cavernes, dans l'espoir d'y trouver quelque chose à prendre. La crainte de l'ennemi, le respect pour leur général, le sentiment de leurs devoirs, étaient bannis de leur esprit; tout cédait à leur avidité pour le pillage. Bélisaire, considérant cet état des choses et des Esprits, ne savait quel parti prendre. Sitôt qu'il fît jour, il monta sur une éminence voisine de la grande route, et, s'efforçant de rétablir l'ordre, il adressa à tous, soldats et capitaines, de vives réprimandes. Ceux qui étaient à portée de le voir et de l'entendre, et surtout ses gardes, envoient à Carthage leur butin et leurs prisonniers, sous la garde de quelques-uns de leurs camarades, et, entourant leur général, se montrent prêts à exécuter ses ordres. 2. Bélisaire commanda à Jean l'Arménien de prendre deux cents cavaliers, et de poursuivre Gélimer jour et nuit, jusqu'à ce qu'il l'eût pris vif ou mort. Il écrivit au gouverneur de Carthage d'épargner tous les Vandales qui s'étaient réfugiés dans les églises des environs; de se contenter de les désarmer pour leur ôter tout moyen de révolte; de les faire entrer dans la ville, et de les y garder jusqu'à son retour. Cependant il courait de tous côtés avec ses gardes; il redoublait d'activité pour rassembler ses soldats épars, et lorsqu'il rencontrait des Vandales, leur donnait sa parole qu'il ne leur serait fait aucun mal. Déjà tous les Vandales s'étaient réfugies en suppliants dans les églises; on se contentait de les désarmer, et de les envoyer à Carthage avec une escorte et par bandes séparées, pour leur enlever tout moyen de se rallier et de tenter une nouvelle résistance. Après avoir donné ordre à tout, il s'avance lui-même à grandes journées contre Gélimer, et prend avec lui la plus grande partie de ses troupes. 3. Il y avait déjà cinq jours et cinq nuits que Jean poursuivait le prince fugitif; il était près de l'atteindre, et même le lendemain il devait l'attaquer. Mais Dieu, ne voulant pas sans doute que Jean eût l'honneur de la prise de Gélimer, retarda l'événement par un accident fortuit. Il y avait, dans la troupe envoyée avec Jean à la poursuite du prince vandale, un garde de Bélisaire nommé Uliaris, homme très brave, doué d'une force de corps et d'âme remarquable, mais peu réglé dans ses mœurs, fort adonné au vin et à la raillerie. Le matin du sixième jour que l'on poursuivait Gélimer, Uliaris, déjà ivre, vit un oiseau se poser sur un arbre; il tendit à l'instant son arc, et fit partir la flèche; mais au lieu d'abattre l'oiseau, il perça d'outre en outre le cou de Jean l'Arménien. Celui-ci, frappé d'une blessure mortelle, mourut peu de temps après, extrêmement regretté par l'empereur Justinien, par Bélisaire son général, par tous les Romains, et même par les Carthaginois; car cet homme, remarquable par sa grandeur d'âme et ses talents militaires, ne le cédait à personne en douceur et en affabilité. Lorsqu’Uliaris eut repris sa raison, il gagna un bourg voisin, et s'y réfugia dans l'église. Les soldats, suspendant la poursuite de Gélimer, prodiguèrent leurs soins au blessé tant qu'il vécut, célébrèrent ses obsèques après sa mort, et instruisirent Bélisaire de cet événement. 4. Quand il eut appris cette triste nouvelle, il accourut au tombeau de Jean, répandit des larmes sur sa fin déplorable, et assigna une rente annuelle pour l'entretien de ce monument. Il ne sévit point contre Uliaris, les soldats lui ayant assuré que Jean leur avait fait promettre avec serment de faire tous leurs efforts pour obtenir l'impunité de cet officier, qui n'était coupable que d'une imprudence. 5. C’est ainsi que Gélimer échappa, pour le moment, aux mains de ses ennemis. Bélisaire se mit lui-même à sa poursuite. Mais arrivé à Hippone, ville de Numidie, bien fortifiée, bâtie aux bords de la mer, à dix journées de Carthage, il reconnut qu'il lui était impossible de le prendre, parce qu'il s'était réfugié sur le mont Pappua. Cette montagne, située à l'extrémité de la Numidie, est entièrement bordée de rochers aigus, partout escarpés et presque inaccessibles. Elle était habitée par des Maures, amis et alliés de Gélimer. Sur les derniers contreforts s'élève une ville ancienne, nommée Medenos, où le roi des Vandales s'était réfugié avec sa suite. 6. Bélisaire, reconnaissant l'impossibilité de s'emparer de cette forteresse naturelle surtout pendant l'hiver, et jugeant d'ailleurs en ce moment sa présence nécessaire à Carthage, laissa quelques troupes d'élite, mit Pharas à leur tête, et le chargea de bloquer étroitement la montagne. Pharas était actif, vigilant, et, quoique Érule de nation, fidèle et vertueux. Je le remarque, parce que c'est une chose bien rare de trouver un Érule qui ne soit ni ivrogne, ni perfide, ni entaché de vice. Pharas n'en est que plus digne de louanges, puisque tous les Érules qui servaient sous ses ordres suivaient son exemple. Bélisaire, connaissant bien ce capitaine, lui enjoignit de camper tout l'hiver au pied du mont Pappua, et d'y faire une garde vigilante, pour empêcher Gélimer d'en sortir et les vivres d'y entrer. Pharas exécuta fidèlement cet ordre. Un grand nombre de Vandales des plus distingués s'était réfugié dans les églises d'Hippone. Bélisaire, en leur engageant sa parole, les tira de leurs asiles, et les envoya à Carthage, où ils furent soigneusement gardés. 7. Gélimer avait parmi ses domestiques un secrétaire africain, nommé Boniface, natif de la Byzacène, dont il avait éprouvé la fidélité. Au commencement de la guerre, il lui avait confié un vaisseau très léger, chargé de tous ses trésors, et lui avait donné ordre de jeter l'ancre à Hippone. De là, s'il voyait chanceler la puissance des Vandales, il devait se diriger en hâte sur l'Espagne avec le trésor royal, et se rendre auprès de Theudis, prince des Visigoths, chez qui Gélimer se promettait de trouver lui-même, dans sa disgrâce, un asile assuré. Tant que les affaires des Vandales ne furent pas désespérées, Boniface resta dans Hippone; mais, après la bataille de Tricamara et les autres événements que nous avons racontés, il exécuta l'ordre de Gélimer, et fit voile pour l'Espagne. Un vent impétueux l'ayant rejeté dans le port d'Hippone, où il apprit l'approche de l'ennemi, il obtint des matelots, à force de prières et de promesses, qu'ils feraient tous leurs efforts pour gagner soit une île, soit quelque côte du continent. Mais toutes les tentatives furent inutiles. La tempête se déchaînant avec fureur, et les vagues, comme il arrive ordinairement dans la mer Tyrrhénienne, s'élevant à une hauteur immense, Boniface et l'équipage crurent, dans ce désordre des éléments, reconnaître la main de Dieu, qui arrêtait la marche du vaisseau pour livrer aux Romains les trésors des Vandales. Étant sortis du port non sans difficulté, ils jetèrent l'ancre, et s'arrêtèrent, en courant de grands dangers, à peu de distance de la côte. Aussitôt que Bélisaire fut arrivé à Hippone, Boniface y expédia des messagers qui devaient se réfugier dans une église, se dire envoyés par Boniface, dépositaire des trésors de Gélimer; mais cacher le lieu de sa retraite Jusqu'à ce que le général lui eût garanti pleine sûreté pour lui et la jouissance de ses biens propres, moyennant qu'il remettrait les richesses du prince vandale. Bélisaire, ravi de cette proposition, s'engagea par un serment solennel, et envoya quelques-uns de ses affidés pour recevoir le trésor de Gélimer. Boniface s'en était approprié une bonne partie; néanmoins il le laissa partir en liberté avec son équipage. CHAPITRE V. 1. Bélisaire réunit à l'Empire la Sardaigne, la Corse, Césarée de Mauritanie, le fort de Sept, les îles d'Ebuse, de Majorque et de Minorque. 2. Il redemande le promontoire de Lilybée. 3. Lettre de Bélisaire aux Goths, avec la réponse. 1. De retour à Carthage, Bélisaire commanda que tous les Vandales prisonniers fussent prêts à faire voile vers Constantinople au commencement du printemps. En même temps il expédia sur divers points divers corps de troupes, pour remettre l'empire en possession de ce que les Vandales lui avaient enlevé. Il dépêcha ensuite en Sardaigne Cyrille avec un corps de troupes considérable, et la tête de Tzazon. Les insulaires refusaient de se soumettre aux Romains, redoutant le ressentiment des Vandales, et regardant comme une fable le bruit de leur défaite à Tricamara. Cyrille avait aussi reçu l'ordre d'envoyer une partie de son armée en Corse, de purger cette île des Vandales, et d'y reconstituer l'autorité impériale. La Corse, située près de la Sardaigne, portait anciennement le nom de Cyrnus. Cyrille, arrivé en Sardaigne, montra aux habitants la tête de Tzazon, et rétablit sans peine dans les deux îles les tributs qu'elles payaient auparavant à l'empire romain. Jean, à la tête de la cohorte d'infanterie qu'il commandait, fut envoyé par Bélisaire à Césarée dans la Mauritanie, ville maritime, grande, et depuis longtemps bien peuplée, qui est située à trente journées de Carthage. Un autre officier des gardes de Bélisaire, nommé aussi Jean, fut expédié vers le détroit de Cadix, pour s'emparer d'une forteresse appelée Septum,[49] qui en domine l'entrée. L'Italien Apollinaire reçut la mission de s'emparer des îles situées non loin de l'endroit où l'Océan se joint à la Méditerranée,[50] savoir, l'île d'Ébuse et celles qu'en langue vulgaire on appelle Majorque et Minorque. Cet officier, arrivé fort jeune en Afrique, y avait été enrichi par la libéralité d'Ildéric, roi des Vandales. Lorsque ce prince eut été détrôné et jeté dans une prison, ainsi que nous l'avons raconté, Apollinaire se joignit aux fidèles Africains, qui allèrent implorer la protection de l'empereur. Il suivit ensuite la flotte romaine dans son expédition contre Gélimer et les Vandales, se distingua par sa bravoure dans tout le cours de la guerre, et particulièrement à la bataille de Tricamara. Ce fut ce qui décida Bélisaire à lui confier le recouvrement des îles de la Méditerranée. Le général romain expédia ensuite une armée à Tripoli pour aider Pudentius et Thattimulh contre les Maures, et raffermit ainsi dans cette contrée l'autorité des Romains . 2. Il envoya encore des troupes en Sicile , pour reprendre un fort dans le promontoire et Lilybée, dont les Vandales s'étaient emparés; mais les Goths ne le voulurent pas permettre , prétendant que les Vandales n'y avoient jamais eu de droit. Quand cela fut rapporté à Bélisaire , il écrivit en ces termes à ceux qui commandaient dans l'île. 3. Vous commettez, une injustice , de nous priver du fort de Lilybée que possédaient les Vandales. En cela vous agissez, en l'absence de notre Maître, contre ses intérêts et contre ses intentions ; et vous tâchez, de le mettre en mauvaise intelligence avec l'Empereur, dont il a recherché la bienveillance. Gardez-vous de lui rendre ce mauvais office, et considérez, que comme l'amitié dissimule tous les sujets de plainte quelle pourrait avoir, l'inimitié les recherche , et ne souffre jamais que des ennemis demeurent en possession d'un bien qui n'est pas à eux. Elle se venge par les armes: Si elle a du malheur, elle ne perd rien su sien ; et si le succès lui est avantageux , elle apprend aux vaincus à n'être plut si superbes. Ne nous faites point de mal, afin de n'en pas souffrir vous-mêmes , et n'obligez, pas l'Empereur à déclarer la guerre aux Goths, avec qui je souhaite qu'il demeure en paix. Vous savez bien que si vous prétendez retenir ce fort, nous prendrons les armes , non seulement pour le retirer , mais pour vous ôter tout ce que vous possédez, sans juste titre. Voilà ce que contenait la lettre. Après qu'elle eut été communiquée à la Reine-mère d'Atalaric, les Goths y firent cette réponse. Illustre Bélisaire, votre lettre contient un sage avis ; mais il nous convient moins qu'à personne. Nous ne possédons rien qui appartienne à Justinien; Dieu nous garde d'une telle folie. Nous prétendons que toute l'île, dont le Lilybée n'est qu'un promontoire, est à nous. Si Théodoric a donné une portion de la Sicile à sa soeur, lors qu'il l'a mariée au roi des Vandales, n'en faites, s'il vous plaît, aucune considération, parce que cela ne tient pat lieu de loi parmi nous. Vous nous ferez justice, si vous avez agréable de terminer ce différent en ami, et non pas en ennemi. Les amis décident leurs contestations par une conférence, et les ennemis par un combat. Nous consentons que Justinien en soit juge et nous nous nous soumettons à ce qu'il lui plaira d'en ordonner. Du reste, nous vous prions de ne rien précipiter, et d'attendre sa résolution. Voilà la réponse que les Goths firent à la lettre de Bélisaire, qui ne voulut rien faire de lui-même , se contentant d'informer l'Empereur de toute l'affaire. CHAPITRE VI. 1. Faras attaque en vain Gélilmer sur la montagne de Papua. 2. Différence de la vie des Vandales et de celle des Maures. 3. Lettres de Faras et de Gélimer. 1. Cependant Pharas, ennuyé de la longueur du blocus durant les rigueurs de l'hiver, se persuadant d'ailleurs que les Maures ne pourraient lui résister, essaya une attaque de vive force sur le mont Pappua. Ayant donc bien armé tous ses soldats, il se met à leur tête, s'avance sur la montagne, et l'escalade hardiment. Les Maures viennent à sa rencontre, et, favorisés par l'inclinaison d'un terrain si difficile à gravir, si contraire aux assaillants, ils les repoussent avec perte. Pharas s'étant obstiné à une nouvelle attaque, vit tomber à ses côtés cent dix de ses soldats, et fut obligé de faire retraite avec ceux qui lui restaient. A partir de ce moment, il n'osa plus tenter une entreprise trop difficile: il se contenta de bloquer étroitement le mont Pappua, et de n'y point laisser entrer de vivres, pour que la faim contraignit à se rendre ceux qui y étaient renfermés. Alors Gélimer, ses neveux, et les nobles Vandales qui l'avaient suivi, souffrirent des misères si grandes, que la parole est impuissante à les exprimer. 2. Les Vandales sont de tous les peuples que nous connaissons, ceux qui mènent la vie la plus délicate; et les Maures, au contraire, ceux qui vivent le plus misérablement. Ceux-là, depuis qu'ils s'étaient emparés de l'Afrique, s'étaient accoutumés à l'usage journalier des bains, et à des festins où la terre et la mer fournissaient à l'envi ce qu'elles produisaient de plus exquis. L'or brillait sur leurs parures et sur leurs robes de soie, flottantes comme celles des aèdes. Ils employaient presque toutes leurs journées en spectacles, enjeux du cirque, en de frivoles amusements, et surtout à la chasse, qu'ils aimaient avec passion. Des danseurs, des comédiens des pantomimes enivraient leurs yeux et leurs oreilles de toutes les jouissances que procurent aux hommes des spectacles variés et d'harmonieux concerts. La plupart d'entre eux habitaient des maisons de plaisance, entourées de vergers fertiles et abondamment arrosées. Ils se donnaient de fréquents repas, et l'amour était la principale occupation de leur vie. Les Maures, au contraire, passent l'hiver, l'été, toutes les saisons, dans des huttes étroites où l'on peut à peine respirer, et ni le froid, ni la chaleur, ni aucune autre incommodité, ne saurait les en faire sortir. Ils ont pour lit la terre; les riches quelquefois y étendent la peau velue d'un animal. Toujours vêtus d'un épais manteau et d'une tunique grossière, jamais ils ne changent d'habits selon les saisons de l'année. Ils ignorent l'usage du pain, du vin, et des autres aliments que l'homme doit à la civilisation. Le blé, l'orge, l'épeautre, ils les mangent, comme les animaux, sans les moudre ni les faire bouillir. Gélimer et ses compagnons, depuis longtemps renfermés avec ces Maures, étaient tombés du faste de la prospérité sans un abîme de misère. Privés des choses les plus nécessaires à la vie, ils succombaient à l'horreur de leur position, et déjà ne trouvaient plus dans leurs pensées ni la mort pénible, ni la servitude honteuse. 3. Pharas, instruit de leur situation, écrivit ainsi à Gélimer: Je ne suis moi-même qu'un barbare; je n'ai jamais ni étudié les lettres ni appris l'art de la parole; je n'ai reçu d'autres leçons que celles de la nature: c'est elle qui me dicte ce que je vais vous écrire. Comment est-il possible, mon cher Gélimer, que vous restiez plongé, vous et votre famille, dans cet abyme de misère, au lieu de vous soumettre à votre vainqueur ? Vous chérissez la liberté, direz-vous sans doute, et vous la considérez comme un bien qui mérite qu'on s'expose à tout pour le conserver. Mais, dites-moi, n'êtes-vous pas l'esclave de ces misérables Maures, quand vous attendez de leur secours la conservation de votre vie et de votre dignité ? Ne vaudrait-il pas mieux servir ou mendier chez les Romains, que d'être roi des Maures et souverain du mont Pappua? Il est donc dégradant et honteux, selon vous, d'obéir à un prince auquel obéit Bélisaire. Revenez de cette erreur, illustre Gélimer. Je suis né prince, et je me fais gloire de servir l'empereur. On dit que le dessein de Justinien est de vous faire entrer dans le sénat, de vous élever à l'éminente dignité de Patrice, de vous donner de vastes domaines, une fortune considérable; que Bélisaire, vous engagera sa foi, et vous sera garant de tous ces avantages. Peut-être pensez-vous qu'étant homme, vous êtes né pour supporter avec patience tous les caprices de la fortune. Mais si Dieu veut adoucir votre condition malheureuse, pourquoi vous y refuser ? Les faveurs de la fortune ne sont-elles pas faites pour les hommes, aussi bien que ses rigueurs ? L'aveugle et stupide désespoir pourrait seul le nier. Étourdi par des coups si rudes, vous n'êtes peut-être pas en état de prendre conseil de vous-même, car le poids de la tristesse accable l'esprit et le rend incapable de résolution. Si vous pouvez ranimer votre courage, et supporter avec résignation le changement de votre fortune, vous serez délivré des maux qui vous oppriment, et vous jouirez en échange de brillants avantages. » 1. Gélimer ne put lire cette lettre sans la tremper de ses larmes. Il répondit en ces termes: « Je vous remercie de votre conseil; mais je ne puis me résoudre à me rendre l'esclave d'un injuste agresseur. Si Dieu exauçait mes désirs, je voudrais me venger d'un homme qui, sans aucun motif légitime, sans que je l'eusse jamais offensé par mes paroles ou par mes actions, me fait une guerre cruelle, et m'envoie, je ne sais d'où, un Bélisaire pour me réduire en l'état où je suis. Qu'il apprenne de moi qu'étant homme et prince, il peut lui arriver de semblables revers. Je ne puis en écrire davantage; le chagrin qui m'accable me trouble l'esprit. Adieu, cher Pharas; envoyez-moi, je vous en supplie, une cithare, un pain, et une éponge. » Ces derniers mots semblaient une énigme à Pharas, jusqu'à ce que le porteur de la lettre lui eut rendu raison d'une demande si singulière. « Gélimer, dit-il, demande du pain, parce qu'il n'en a ni goûté, ni même vu, depuis qu'il est chez les Maures; il a besoin d'une éponge pour nettoyer ses yeux, enflammés par l'air fétide et malsain de sa demeure; enfin il est habile à jouer de la cithare, et voudrait accompagner de notes plaintives un chant qu'il a composé sur ses malheurs. » Pharas, touché de compassion du déplorable état où était Gélimer, lui envoya ce qu'il demandait. Mais il continua le blocus, et garda attentivement toutes les avenues de la montagne. CHAPITRE VII. 1. Histoire pitoyable de deux enfants pressés par la faim. 2. Lettre de Gélimer à Faras. 3. Gélimer se rend et est mené à Carthage, où il aborde Bélisaire en riant. 4. Jugement de Procope sur cette guerre. 1. Il y avait trois mois que durait l'investissement; l'hiver approchait de sa tin, et Gélimer, agité de continuelles alarmes, s'attendait chaque jour à voir les Romains escalader les rocs qui lui servaient d'asile. Plusieurs de ses jeunes parents avaient le corps presque entièrement rongé par la pourriture. Quelque douleur qu'il en ressentit, il supportait néanmoins ces maux avec une constance inébranlable, et sa résignation opiniâtre trompait toutes les prévisions, lorsque enfin il fut témoin du spectacle que je vais décrire. Une femme maure avait fait un petit gâteau d'un reste d'orge à peine broyé, et l'avait placé, pour le cuire, sous la cendre du foyer, selon la coutume du pays. Devant le feu étaient assis deux enfants, dont l'un était le neveu de Gélimer, et l'autre le fils de la femme qui avait pétri le gâteau. Tous deux, poussés par l'aiguillon de la faim, dévoraient des yeux ce gâteau, tout prêts à s'en saisir sitôt qu'il leur paraîtrait cuit. Le jeune Vandale s'en empare le premier, et, égaré par la faim, il se met à le dévorer avidement, bien qu'il fût encore brûlant et couvert de cendre. Le Maure lui saute aux cheveux, et, le frappant à coups redoublés sur les joues, il lui arrache de force le gâteau du gosier. Gélimer, qui avait assisté dès le commencement à cette scène déplorable, sentit faiblir son courage et sa résolution. Il écrivit aussitôt à Pharas la lettre suivante: 2. « Je suis homme, cher Pharas, et je change de sentiment après avoir supporté l'adversité avec constance. Loin de rejeter aujourd'hui votre conseil, je me décide à le suivre. Je cesse de résister à la fortune, et de lutter contre ma destinée: partout où elle m'appelle, me voici prêt à la suivre. Faites en sorte seulement que Bélisaire consente à me garantir, sur sa parole et au nom de l'empereur, les conditions que vous m'avez récemment offertes. Sitôt que j'aurai reçu sa promesse, je me livrerai entre vos mains avec mes parents et les Vandales qui sont avec moi. » 3. Telle fut la lettre de Gélimer. Pharas l'ayant envoyée, avec les lettres précédentes, à Bélisaire, le prie de lui faire connaître sa décision le plus promptement possible. Le général, gui souhaitait ardemment de conduire à l'empereur cet illustre prisonnier, fut ravi de joie à la lecture de ces lettres. Il envoya, vers le mont Pappua, Cyprien, chef des fédérés, et quelques autres capitaines, avec ordre de promettre en son nom et avec serment que Gélimer et ses parents auraient la vie sauve; que le prince vandale serait même traité avec distinction par l'empereur, et qu'on pourvoirait honorablement à son existence. Ceux-ci, arrivés au camp de Pharas, se rendirent avec lui au pied de la montagne. Gélimer vint les y trouver; et ayant reçu d'eux leur serment et toutes les garanties qu'il pouvait désirer, il partit avec eux pour Carthage. Bélisaire faisait sa résidence dans le faubourg d'Aclas: ce fut là qu'il reçut Gélimer, qui, au moment où il parut devant le général romain, partit d'un grand éclat de rire. Quelques-uns pensèrent que son esprit avait été ébranlé par les violentes secousses de la mauvaise fortune, et que ce rire sans sujet était un indice de folie. Ses amis assuraient ou contraire qu'il avait le plein usage de sa raison. Gélimer, disaient-ils, issu de race royale, roi lui-même, nourri depuis l'enfance jusqu'à la vieillesse dans les splendeurs et l'opulence, ensuite vaincu, fugitif, accablé de misères, et enfin privé de sa liberté, jugeait, pour en avoir fait une complète expérience, que toutes les grandeurs et les infortunes humaines n'étaient dignes que de risée .... Bientôt Bélisaire informa l'empereur que Gélimer était prisonnier à Carthage, et demanda la permission de le conduire lui-même à Constantinople. En attendant il fit préparer sa flotte, et garder avec honneur le prince et ses Vandales. 4. Je ne sais s'il est jamais arrivé des événements plus extraordinaires que ceux que je viens de raconter. On a vu en effet l'arrière-petit-fils de Genséric, et un empire florissant appuyé sur une armée nombreuse, soutenu par d'immenses richesses, renversés en un clin d'œil par cinq mille étrangers, qui d'abord ne savaient pas même où ils pourraient aborder; car la cavalerie, qui seule prit part à la guerre sous les ordres de Bélisaire, ne dépassait pas le nombre de cinq mille hommes. Œuvre certainement admirable, soit qu'on l'attribue à la fortune, soit qu'on la considère comme le résultat du courage de nos troupes. Maintenant je reviens à mon sujet. CHAPITRE VIII. 1. Bélisaire faussement accusé devant Justinien. 2. Humeur des Maures. 3. Prédiction faite par des femmes de cette nation. 1. La prise de Gélimer termina la guerre des Vandales. Mais l'envie, qui attaque toujours les grandes fortunes, méditait déjà la ruine de Bélisaire, quoique sa conduite fût à l'abri de tout reproche. Quelques capitaines l'accusèrent auprès de l'empereur d'aspirer à se créer en Afrique un État indépendant, ce qui était bien loin de sa pensée. Justinien ne divulgua point cette accusation, soit qu'il la méprisât, soit qu'il crût le silence plus utile à sa politique; mais il lui envoya Salomon, et laissa à Bélisaire le choix ou de venir lui-même à Constantinople avec Gélimer et les Vandales, ou d'envoyer ses prisonniers et de rester en Afrique. Celui-ci, n'ignorant pas les malveillantes accusations de ses capitaines, se hâta de se rendre à Constantinople, pour dissiper la calomnie et confondre les calomniateurs. Je vais expliquer de quelle manière il découvrit la trame ourdie par ses délateurs. Ces derniers, craignant de manquer leur but si le courrier qu'ils envoyaient à l'empereur venait à faire naufrage, écrivirent deux lettres contenant leur dénonciation, et les confièrent à deux messagers qu'ils expédièrent par deux vaisseaux différents. L'un d'eux traversa la mer sans obstacle; l'autre, ayant inspiré quelques soupçons, fut arrêté à Carthage, dans le Mandracium, et, se voyant pris, il livra la lettre dont il était chargé, et révéla toute l'intrigue: c'est ce qui excita Bélisaire à se rendre en toute hâte auprès de l'empereur. 2. Cependant les Maures de la Byzacène et de la Numidie, sans autre sujet que l'inconstance et la mobilité de leur caractère, rompirent les traités, et se soulevèrent à l'improviste contre les Romains. De pareils actes ne sont pas rares chez des peuples lui n'ont ni vénération pour la Divinité, ni respect pour les hommes; qui ne sont retenus ni par les liens sacrés du serment, ni par la crainte de compromettre leurs otages, dont ils s'inquiètent fort peu, lors même qu'ils seraient les enfants ou les frères de leurs rois; qui, enfin, ne sauraient être maintenus dans la tranquillité que par la présence d'un ennemi redoutable. Voici de quelle manière les Maures avaient fait un traité avec Bélisaire, et comment ils le rompirent. 3. Quand le bruit de l'approche de la flotte romaine se répandit parmi eux, les Maures, alarmés pour leur indépendance, consultèrent leurs devineresses. Car chez eux il n'est pas permis aux hommes de prédire l'avenir; ce sont les femmes qui, après avoir accompli certaines cérémonies, remplies de l'esprit divin comme les anciennes pythonisses, ont le privilège de dévoiler les événements futurs. Elles répondirent à ceux qui les interrogèrent: que du sein des eaux sortirait une armée, la ruine des Vandales, la défaite et la perte des Maures, quand les Romains auraient un général sans barbe. D'après cette prophétie, lorsqu'ils virent l'armée impériale s'élancer de la mer, les Maures épouvantés renoncèrent à l'alliance des Vandales, traitèrent avec Bélisaire ainsi que je l'ai dit plus haut, et gardèrent une neutralité complète en attendant l'issue de la guerre. Quand la puissance des Vandales fut abattue, ils envoyèrent des espions dans l'armée romaine, pour s'assurer si elle n'avait point parmi ses commandants un officier sans barbe. Lorsqu'on leur eut assuré que tous les chefs en étaient bien pourvus, ils s'imaginèrent que la prophétie ne s'appliquait pas au moment présent, mais quelle ne devait s'accomplir que dans les générations futures. Ils prirent donc la résolution de rompre les traités, et ne furent contenus que par la terreur que leur inspirait le nom de Bélisaire, et leur intime conviction qu'ils ne pourraient l'emporter sur les Romains tant que ceux-ci auraient ce grand général à leur tête. Lorsqu'ils apprirent que Bélisaire partait avec ses gardes et l'élite de ses troupes, et qu'il avait déjà embarqué les Vandales, ils reprirent tout à coup les armes, et exercèrent contre les indigènes toutes sortes de ravages. Les soldats romains postés sur les frontières n'étaient ni assez nombreux, ni assez bien équipés, pour réprimer les pillages incessants et les incursions furtives par lesquelles ces barbares désolaient tout le pays. Les hommes étaient cruellement massacrés, les femmes avec leurs enfants traînées en esclavage; toutes les frontières étaient ravagées; partout la fuite et la terreur. Bélisaire n'apprit cette nouvelle que lorsqu'il mettait à la voile, et, ne pouvant retourner sur ses pas, il confia à Salomon le gouvernement de l'Afrique, lui laissa les plus braves officiers et la plus grande partie de ses gardes, pour réprimer le plus tôt possible les déprédations des Maures. Justinien envoya de son côté à Salomon un renfort considérable, commandé par Théodore de Cappadoce et par Ildiger, gendre d'Antonine, femme de Bélisaire. Et comme on ne pouvait plus lever les impôts d'après les ordonnances et les registres administratifs établis autrefois par les Romains, car Genséric les avait anéantis au commencement de son règne, l'empereur envoya aussi Tryphon et Eustratius pour faire une nouvelle répartition basée sur la valeur des propriétés, ce qui parut intolérable aux habitants de l'Afrique. CHAPITRE IX. 1. Triomphe de Bélisaire. 2. Justinien donne à l'église de Jérusalem les vases du temple de Salomon. 3. Gélimer est mené devant lui et contraint de se prosterner pour le saluer. 1. Arrivé à Constantinople avec Gélimer et les Vandales, Bélisaire y reçut les honneurs décernés autrefois aux généraux romains qui avaient remporté les plus éclatantes victoires. Personne, depuis six cents ans, n'en avait obtenu de pareils, excepté Titus, Trajan, et les autres empereurs qui avaient ramené à Rome leur armée victorieuse de quelque nation barbare. Il traversa la ville avec une brillante pompe, étalant aux regards le butin et les prisonniers, mais sans observer toutes les antiques cérémonies du triomphe. Il s'avança à pied depuis sa maison jusqu'à l'entrée du cirque, et de là jusqu'au trône de l'empereur. On portait devant lui toute la dépouille des rois vandales: des trônes d'or, les chars de parade qui servaient à la reine, une immense quantité de bijoux ornés de pierreries, des coupes d'or, toute la vaisselle des banquets royaux, des vases précieux de toutes sortes, et plusieurs myriades de talents d'argent. Toutes ces richesses, comme je l'ai dit, avaient été enlevées par Genséric dans le palais des empereurs à Rome. 2. Parmi ces riches dépouilles on remarquait les vases sacrés des Juifs, que Titus, fils de Vespasien, avait transportés à Rome après la ruine de Jérusalem. Un Juif les ayant aperçus, s'adressa à un officier de l'empereur, et lui dit: « Autant que j'en puis juger, il n'est ni utile ni convenable que ces vases soient gardés dans le palais de Constantinople. Ils ne peuvent être conservés que dans le lieu où ils furent placés d'abord par Salomon, roi des Juifs. C'est leur enlèvement sacrilège qui a causé autrefois le pillage de Rome par Genséric, et tout récemment celui du palais des rois vandales par l'armée romaine. » Ces paroles, rapportées à Justinien, lui tirent craindre de retenir ces redoutables dépouilles; il les envoya de suite aux églises de Jérusalem. Les prisonniers marchaient ainsi dans la pompe de ce triomphe 3. Gélimer, revêtu d'un manteau de pourpre flottant sur ses épaules, puis tous ses parents, puis ceux des Vandales qui étaient les plus remarquables par la grandeur de leur stature et la beauté de leurs traits. Quand Gélimer fut entré dans le cirque, qu'il vit l'empereur assis sur un trône élevé, et tout le peuple debout alentour, il sentit plus encore qu'auparavant la grandeur de son infortune, et, sans verser une larme, sans jeter un soupir, il eut toujours à la bouche cette parole empruntée aux livres des Hébreux: Vanité des vanités ! tout est vanité. Lorsqu'il fut arrivé devant le trône impérial, on l'obligea de quitter la pourpre, et de se prosterner devant l'empereur pour l'adorer. Bélisaire rendit à Justinien le même hommage, avec autant d'humilité que Gélimer. L'empereur Justinien et l'impératrice Théodora assignèrent des revenus considérables aux filles d'Ildéric et à toute la famille de Valentinien. Ils donnèrent à Gélimer de beaux domaines en Galatie, où il lui fut permis de se retirer avec ses parents. Mais on n'accorda pas au prince vandale la dignité de patrice, parce qu'il refusa de renoncer à l'arianisme. Peu de temps après, Bélisaire, élevé au consulat, reçut l'honneur d'un second triomphe, gui fut célébré selon les anciens usages des Romains. Il fut porté au sénat dans la chaise curule, sur les épaules des prisonniers; et, pendant sa marche, il distribua au peuple les dépouilles des Vandales. Le peuple s'arracha les vases d'argent, les ceintures d'or, une foule d'objets précieux qui avaient servi à l'usage des vaincus; et ce jour sembla ressusciter de vieilles coutumes que le temps et la désuétude avaient abolies. CHAPITRE X. 1. Aigan et Rufin sont surpris et tués par les Maures. 2. origine des Maures et leur établissement en Afrique. 1. Cependant Salomon, qui avait reçu, comme nous l'avons dit, le commandement de l'armée d'Afrique et le gouvernement de cette province, voyant les Maures en révolte et la nouvelle domination mal affermie, ne savait quel parti prendre, ni quels remèdes apporter à ce désordre. Il avait appris, par des messagers fidèles, que les barbares, après avoir détruit les garnisons de la Byzacène et de la Numidie, brûlaient et ravageaient tout le pays. Mais ce qui lui causa le plus de douleur, ce qui répandit le deuil dans toute la ville, ce fut la cruelle destinée que trouvèrent, dans la Byzacène, le Massagète Aigan et le Thrace Rufin. Ils étaient tous deux attachés à la personne de Bélisaire, et très distingués dans l'armée romaine; Aigan faisait partie de la garde du général: quant à Rufin, sa vigueur et sa bravoure lui avaient mérité l'honneur de porter dans tous les combats la bannière impériale. Ces deux officiers, qui étaient dans la Byzacène à la tête d'un corps de cavalerie, indignés de voir le pays ravagé et les habitants traînés en esclavage, se postèrent en embuscade dans un défilé, surprirent les Maures chargés de butin, les taillèrent en pièces, et délivrèrent tous les prisonniers. Au premier avis de cette défaite, les chefs des Maures Cuzinas, Isdilasas, Juphruthes et Medisinissas, qui n'étaient pas loin de là, accoururent vers la fin du jour, avec toutes leurs forces. Les Romains en fort petit nombre, et resserrés dans un étroit espace par plusieurs milliers d'hommes qui les enveloppaient de toutes parts, ne purent soutenir une lutte aussi inégale. De quelque côté qu'ils se tournassent, ils étaient criblés de traits. Aigan et Rufin, avec quelques-uns de leurs soldats, s'emparent d'une roche élevée, d'où ils arrêtent les Maures. Tant qu'ils purent faire usage de leurs arcs, l'ennemi n'osa ni les attaquer de front, ni en venir aux mains avec eux: il se contenta de les harceler de loin, en leur lançant des traits. Mais quand leurs carquois furent épuisés, ils se virent insensiblement pressés par une multitude de Maures, contre lesquels ils n'avaient plus d'autre arme que leurs épées. Enfin il fallut céder au nombre; Aigan tomba criblé de blessures; Rufin fut pris et emmené par le chef maure Médisinissas, qui, pour se délivrer de la crainte que lui inspirait un si terrible adversaire, lui fit sur-le-champ trancher la tête. Le barbare rapporta en trophée dans sa maison et offrit à ses femmes cette tête, remarquable par la longueur et l'épaisseur de sa chevelure. 2. Puisque le plan de notre histoire nous a conduit à parler des Maures, il ne sera pas hors de propos de reprendre les choses de plus haut, et de dire d'où ils sont partis pour venir en Afrique, et de quelle manière ils s'y sont établis. Lorsque les Hébreux, après leur sortie d'Égypte, atteignirent les frontières de la Palestine, ils perdirent Moyse, leur sage législateur, qui les avait conduits pendant le voyage. Il eut pour successeur Jésus, fils de Navé,[51] qui, ayant introduit sa nation dans la Palestine, s'empara de cette contrée, et, déployant dans la guerre une valeur surhumaine, subjugua tous les indigènes, se rendit facilement maître de leurs villes, et s'acquit la réputation d'un générai invincible. Alors, toute la région maritime qui s'étend depuis Sidon jusqu'aux frontières de l'Égypte se nommait Phénicie; elle avait de tout temps obéi à un seul roi, ainsi que l'attestent tous les auteurs qui ont écrit sur les antiquités phéniciennes. Là, vivaient un grand nombre de peuplades différentes, les Gergéséens, les Jébuséens, et d'autres dont les noms sont inscrits dans les livres historiques des Hébreux. Lorsqu'elles virent qu'elles ne pouvaient résister aux armes du conquérant, elles abandonnèrent leur patrie, et se retirèrent d'abord en Égypte. Mais s'y trouvant trop à l'étroit, parce que, depuis fort longtemps, ce royaume était encombré d'une population considérable, ils passèrent en Afrique, occupèrent ce pays jusqu'au détroit de Cadix, et y fondèrent de nombreuses villes, dont les habitants parlent encore aujourd'hui la langue phénicienne. Ils construisirent aussi un fort dans une ville nommée alors Numidie, qui porte aujourd'hui le nom de Tigisis. Là, près d'une source très abondante, s'élèvent deux colonnes de marbre blanc, portant, gravée en lettres phéniciennes, une inscription dont le sens est: « Nous sommes ceux qui avons fui loin de la face du brigand Jésus, fils de Navé. » Avant leur arrivée, l'Afrique était habitée par d'autres peuples qui, s'y trouvant tirés depuis des siècles, étaient appelés les enfants du pays. C'est de là qu'on a donné le nom de fils de la terre à Antée, leur roi, avec lequel Hercule soutint une lutte à Clipea. Dans la suite, ceux qui émigrèrent de Phénicie avec Didon allèrent retrouver les habitants de l'Afrique, qui leur étaient unis par la communauté d'origine, et, avec leur consentement, ils fondèrent Carthage, et s'y établirent. Ces Carthaginois étant devenus dans la suite des temps puissants en nombre et en richesses, firent la guerre à leurs voisins, qui, comme nous venons de le dire, étaient les premiers arrivés de Palestine, et qu'on appelle aujourd'hui les Maures, les battirent en plusieurs rencontres, et les forcèrent à transporter leurs foyers bien loin de Carthage. Plus tard, les Romains, après avoir subjugué les uns et les autres, assignèrent pour demeures aux Maures les régions les plus éloignées de l'Afrique habitable, et soumirent au tribut les Carthaginois et les autres peuples libyens. Enfin les maures, après avoir souvent défait les Vandales, s'emparèrent du pays nommé aujourd'hui Mauritanie, qui s'étend depuis le détroit de Cadix jusqu'à la ville de Césarée, et de la plus grande partie du reste de l'Afrique. CHAPITRE XI. XI. 1. Lettre de Salomon aux Maures, avec la réponse. 2. Disposition des deux armées. 3. harangue de Salomon. 4. Harangue des commandants des Maures. 5. Victoire des Romains. 1. Quand Salomon eut appris le massacre d'Aigan et de Rufin, il se prépara pour la guerre, et écrivit en ces termes aux chefs des Maures: « Le monde a toujours vu assez d'insensés, qui ont couru à leur perte, sans qu'il leur ait été possible de prévoir l'issue de leurs folles entreprises. Mais vous qui avez devant les yeux l'exemple de vos voisins les Vandales, qui avez été avertis par leur chute, quelle démence vous pousse à sacrifier votre vie, et à prendre les armes contre un si puissant empereur ? Oubliez-vous les serments solennels signés de votre main, et vos enfants livrés en otage ? Voulez-vous donc faire connaître à toute la terre que vous n'avez ni Dieu, ni foi, ni soin de vos proches et de vous-mêmes ? Si-vous trait

ez Dieu de cette manière, quel sera votre appui dans la guerre contre l'empereur des Romains ? Si vous ne la savez commencer sans perdre vos enfants, quel est donc le puissant motif qui vous fait affronter les périls ? Réfléchissez; et si vous avez quelque repentir de vos torts, témoignez-le-moi par une lettre. Si vous ne mettez un terme à vos coupables fureurs, attendez-vous à nous voir marcher contre vous, armés des serments que vous avez viol, et des supplices que vous avez imposés à vos otages.» Telle fut la lettre de Salomon; voici la réponse des Maures: «Bélisaire nous a engagés par de magnifiques promesses à reconnaître l'autorité de l'empereur Justinien; mais les Romains, sans nous faire aucun bien, en nous apportant même la famine, veulent nous avoir pour amis et pour alliés. N'est-il pas clair que c'est vous et non les Maures qu'on doit taxer de perfidie ? Les infracteurs des traités sont ceux qui violent leurs promesses, et non ceux qui rompent une alliance pour des injustices palpables. Ils n'encourent pas la haine de Dieu, ceux qui attaquent les ravisseurs pour reprendre leurs propres biens, mais ceux qui commencent la guerre et qui volent le bien d'autrui. C'est à vous qui ne pouvez avoir qu'une femme, à être touchés du soin de vos enfants; mais nous qui pouvons en avoir cinquante, nous n'appréhendons pas de manquer de postérité.» 2. Quand Salomon eut lu cette réponse, il résolut de s'avancer contre les Maures; et, après avoir pourvu à la sûreté de Carthage, il marcha avec toutes ses troupes vers la Byzacène. Lorsqu'il fut arrivé dans la plaine de Mamma, où s'étaient campés les quatre chefs des Maures dont j'ai parlé plus haut, il s'y retrancha. Là s'élèvent de hautes montagnes; à leur pied s'étend une plaine où les barbares, se préparant au combat, disposèrent ainsi leur ordre de bataille. Le front était formé de douze rangs de chameaux, disposés en cercle, à peu près de la même manière que Gabaon les avait employés, comme nous l'avons vu dans le livre précédent. La coutume de ces barbares est d'admettre parmi les combattants et de mêler dans les rangs quelques enfants et quelques femmes; la majeure partie des femmes était placée au centre du cercle. Ce sont les femmes qui construisent les huttes et les retranchements, qui soignent habilement les chevaux, qui nourrissent les chameaux, qui aiguisent les armes, et qui soulagent leurs maris d'une grande part des travaux de la guerre. Les fantassins étaient debout, entre les jambes des chameaux, armés de boucliers et d'épées, et pourvus de javelots qu'ils lançaient avec adresse. La cavalerie, peu nombreuse, se tenait sur le penchant des montagnes. Salomon n'opposa aucune portion de ses forces à la partie de la phalange orbiculaire des Maures qui regardait la montagne. Il craignait que le corps d'armée qu'il aurait chargé de cette attaque, placé entre les cavaliers maures qui descendraient des hauteurs, et les fantassins qui, pour envelopper l'ennemi, changeraient leur ligne circulaire, ne succombât sous les traits dont on l'aurait ainsi accablé de deux côtés à la fois. Il opposa donc toute son armée au demi-cercle des troupes ennemies qui regardait la plaine; et, voyant que le souvenir de la défaite d'Aigan et de Rufin inspirait à beaucoup de ses soldats un sentiment de frayeur et de défiance, il leur parla en ces termes pour relever leur courage : [il les rassura et releva leur courage par ses exhortations.[52] Les chefs des Maures, de leur côté, encouragèrent leurs soldats, que la belle disposition des troupes romaines avait un peu épouvantés.] Mes Compagnons, qui avez eu l'honneur de combattre sous les auspices de Bélisaire, ne redoutez pas les ennemis, et ne vous figurez pas que l'avantage que cinq mille Maures ont remporté sur cinq cents Romains, soit un exemple qui doive servir de règle à tous les combats. Souvenez-vous de votre valeur, et faites réflexion que les Vandales ont vaincu les Maures , et que vous avez vaincu les Vandales. Quelle apparence de craindre de faibles ennemis, après avoir défait de vaillants hommes ? Tout le monde demeure d'accord que les Maures sont les plus méprisables de tous les soldats. Ils sont presque nus. Ils n'ont point de boucliers, ou ils n'en ont que de fort courts, et qui ne sont pas à l'épreuve du trait. Ils n'ont que deux dards. Si en les jetant ils manquent leur coup, il faut qu'ils prennent aussitôt la fuite. Ainsi, il ne faut qu'éluder leur premier effort, pour être assurés de la victoire. Vous voyez assez quel avantage vos armes vous donnent sur eux. De plus , la force du corps et de l'esprit, la longue expérience dans les armes , le souvenir des heureux succès de tant d'expéditions militaires, doivent augmenter votre confiance. Les Maures, qui n'ont aucun de ces avantages, ne peuvent se fier qu'en leur nombre. Un petit nombre de vaillants hommes défont aisément une grande multitude de lâches. Un bon soldat met sa principale espérance dans son courage. Celui qui ne met la sienne que dans le nombre de ses compagnons, se trompe le plus souvent. Il faut vous moquer de ces chameaux., qui ne sauraient couvrir l'ennemi, et qui, quand ils seront une fois effarouchés, ne feront que l'embarrasser. L'ardeur même que le dernier succès de leurs armes leur inspire, ne nous sera pas inutile, parce que comme la hardiesse qui vient de la force peut servir, aussi celle que l'on prend au dessus de ses forces, n'est propre qu'à jeter inconsidérément dans le danger. Si vous vous souvenez de ce que je vous dis, que vous méprisiez l'ennemi, et que vous l'attaquiez sans désordre, vous gagnerez la bataille. Voilà ce que dit Salomon. 4. Les Capitaines des Maures ayant aperçu que leurs soldats étaient étonnés du bel ordre où étaient les Romains, leur parlèrent en ces termes. Mes Compagnons, nous avons reconnu depuis peu, que les Romains ne sont pas invulnérables, puisque nous les avons percés de nos dards , et que nous les avons faits nos esclaves. Nous avons plus de forces que nous n'en avions alors , et nous combattons pour une plus noble récompense , qui est la possession de toute l'Afrique , et notre propre liberté. Il faut donc employer en cette importante occasion , nos efforts et notre courare. Quand il s'agit de tout, , on perd tout, si l'on ne se sauve par une valeur extraordinaire. Il n'y a rien dans les ennemis qui ne soit digne de votre mépris. S'ils nous attaquent à pied , la pesanteur de leurs armes les fera surmonter par la vitesse des Maures. S'ils nous attaquent à cheval, leur cavalerie sera mise en désordre, par l'aspect et par le cri de nos chameaux. Ce serait se tromper que les croire invincibles, à cause qu'ils ont vaincu les Vandales. C'est le mérite du général qui fait le plus souvent la décision des batailles. Or la fortune a éloigné Bélisaire , à qui la gloire de la dernière victoire était due. Si ce n'est qu'elle ne nous soit encore plutôt due à nous-mêmes, parce qu'en affaiblissant les

Partager cet article

Repost 0
Published by Procope - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Algérie - Thamazighth - Histoire et Culture
  • : Compilation d'artcles relatifs à notre patrimoine historique et culturel
  • Contact

Recherche

Liens